Bonjours à tous et à toutes.

 

Merci beaucoup de m'avoir accepté sur ce blog communautaire.

 

Je m'appelle Karine et ai 41 ans. Je suis une chti émigrée en Normandie.

Je n'étais pas très douée pour les travaux manuels étant petite, mais ai eu envie de m'y mettre plus tard.

J'ai commencé par apprendre le crochet il y a 15 ans en autodidacte, avec des livres et des fiches.

Puis ne trouvant pas mon bonheur niveau vêtements, même si j'aime toujours les petites pièces styles aminugaris, marque-pages, j'ai basculé sur le tricot de la même façon à partir de fiches et DVD.

Et petit à petit je me suis prise au jeu de la création.

Je réalise aussi des travaux au point de croix et depuis cet été me tente aux bracelets en paracorde.

 

J'ai eu la chance de pouvoir me faire aider au besoin par la tante de mon compagnon puis ai trouvé de l'aide et de belles amitiés via des forums et blogs.

 

J'ai d'ailleurs fait la découverte de ce blog via Mémé Christiane qui est elle même arrivée sur mon blog via celui d'une amie.

 

Je réalise des ouvrages pour moi, pour mon filleul de 4 ans, pour mes proches, pour faire plaisir et désormais pour chaque cadeau de naissance.

 

Je n'ai jamais réalisé de châles, mais suis tombée amoureuse de certains modèles présentés par Mémé Christianne, je lui ai déjà piqué l'idée du Glam Shells et je viens de commander de la laine pour réaliser le soir d'été ainsi que deux autres modèles glannés sur le net. Peut être le démarrage d'une belle collection.

Il me reste cependant certains points obscurs sur les châles :

  • concernant les changements de laine et adaptation.
  • concernant la façon de changer de pelote : est-ce que l'on procède comme un tricot classique ou est-ce qu'il y a une méthode plus discrète?
  • concernant le blocage : que j'avoue ne jamais avoir réalisé pour mes autres ouvrages et qui semble important pour les châles.

Mais je vais découvrir au fur et à mesure.

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez jeter un oeil sur mes ouvrages via mon blog.

 

Bonne soirée et à très bientôt j'espère.

 

Karine